Francis GUILBERT

Professeur des Universités IAE-Lille

Université des Sciences et Technologies de Lille

 

 

NB : CECI N’EST QU’UN EXTRAIT DE CONTENU D’UN SEMINAIRE SUR L’ETHIQUE

 

I.                l'enjeu

Intro = qu'est-ce que l'éthique

A.   Définitions

Si l'homme est un sujet social (l'animal politique d'Aristote), selon Kant c'est avant tout un sujet moral : il a la faculté de porter des jugements de valeur, il peut distinguer le bien du mal.

1.  morale

La Morale, c'est la science du bien et du mal, c'est une théorie de l'action humaine reposant sur la notion de devoir avec pour but le bien.

=Une approche dichotomique normative basée sur des valeurs clés apprises

=ensemble de normes sociales conformes à la conscience

La morale, c'est aussi l'ensemble des règles de conduite considérées comme bonnes de manière absolue

La morale est collective et s’applique à chacun qui veut s’y référer et l’appliquer.

2.  éthique :

déf : nom féminin ou adjectif

Il faut faire la différence entre la morale, qui renvoie au mœurs telles qu'elles sont pratiquées (connotation pratique) et la notion d'éthique, qui est le souci de fonder une morale, ce qui fait plutôt référence à la théorie, aux règles et aux principes.

à éthique = science de la morale ou ensemble de principes moraux qui sont à la base du comportement de quelqu'un.

L'éthique d'un individu est ce qui sous-tend ses comportements vis-à-vis d'autrui, ou vis-à-vis de son environnement

L’éthique est une démarche visant, face à un problème donné à adopter la meilleure solution en s’appuyant sur des valeurs apprises, admises et intégrées et en tenant compte du contexte dans lequel le problème se pose factuellement.

Une démarche et non une science !

Une démarche face à un problème pour adopter une solution = concret,

Une démarche contextualisée et non uniformisée,

Une démarche qui s’appuie sur des valeurs et non sur la morale,

Une démarche personnelle qui s’appuie sur des valeurs intégrées plus qu’apprises (différence avec l’éducationnel)

3.  Déontologie : théorie des devoirs

déontologie :

ensemble de règles reconnues dans une profession de façon à défendre les intérêts des clients ou faciliter les relations entre professionnelles

4.  axiologie

Science et théorie des valeurs morales

axiologique = relatif aux valeurs, par opposition à ontologique, relatif à l'être en tant que tel, ontologiqe : partie de la métaphysique qui s'applique à l'être en tant qu'être, indépendamment de ses déterminations particulières


B.    la problématique

1.  base

Problème essentiellement subjectif car les paramètres considérés et le poids de ces paramètres dépend de la personne.

Ce n'est pas la question "Comment puis-je être efficace, ou efficient" mais la réponse à la question  : comment dois-je me conduire pour être bon ou juste ?  et faut-il être bon, ou faut-il être juste ?

Ne pas faire "mal" ; tout le problème est donc de définir ce qui est "mal" ; c'est une question de morale : éthique et morale vont de paire tout en étant différents

CONDITIONS DE DEROULEMENT

1.               cela implique également que celui qui prend une décision ait un choix entre deux ou plusieurs façons d'agir,

2.               qu'il soit libre de ses choix,

3.               et capable d'anticiper les résultats de ses choix

se comporte d'une manière éthique celui qui s'efforce d'être juste en toute circonstance. Selon Kant, seule l'intention compte, non le résultat

si des résultats bénéfiques découlent de motifs peu louables, le motif ne peut pour autant être considéré comme éthique

différent de la loi, qui s’intéresse au résultat

Définitions de l'éthique pourrait-elle être = se soucier des conséquences de ses actes sur autrui donc assurer le futur relationnel)

2.  notion de devoir, et de droit

Différence éthique/ droit, qui relève du domaine social ou public ; application du droit fondée sur crainte de répression, alors que éthique est dictée par sens du devoir. Mais les deux sont proches, car dans l'idéal la loi ne devrait pas contredire l'éthique, et souvent l'éthique sert à interpréter la loi. Mais si l'éthique était développée à tous niveaux il n'y aurait sans doute pas besoin de droit

Le comportement est considéré comme éthique lorsqu'il est acceptable par une communauté humaine donnée, mais en fait tout dépend à quel niveau l'on regarde dans la chaîne des causalités, car l'évaluation des buts finaux est difficile

Kant postule la règle d'or selon laquelle chacun doit traiter autrui tel qu'il voudrait être traité lui-même

Mais est-ce que cela a un sens ??

C.   pourquoi s'intéresser à l'éthique dans le monde des affaires ?

En base, deux formes d’éthique :

1           Friedman (1970) :

2           Biotop vision :

II.              les niveaux d'éthique, ou l'éthique comme outil de gestion ?

A.   éthique = affaire personnelle, d'entreprise ou de société ?

……………….

B. Ethique dans les fonctions de l'entreprise

1.  éthique dans le domaine financier

2.  l'éthique dans le domaine commercial

a. éthique face au client

b. éthique face au fournisseur

c. éthique face à la concurrence

3.  éthique et gestion des hommes

……………..

III. Gestion des QUESTIONS d'éthique

 

VOUS ETES RESPONSABLE D’ENTREPRISE ET VOUS VOULEZ EN SAVOIR PLUS ? (échanges, intervention en formation ou conseil…)

 

CONTACTEZ MOI PAR MAIL : jetudie@jetudie.net

Réponse sous 72h (sauf en cas de déplacement à l’étranger)

------------------------------------------------------------------------

Si vous êtes étudiant, contactez moi à l’IAE de Lille, Université de Lille 1 :

Francis.Guilbert@univ-lille1.fr